Vue des participants à l'atelier de consultation pour la préparation du CPD 2022-2026 du PNUD. Photo PNUD Comores / Irchad Ousseine Djoubeire

Le Secrétaire Général du Ministère comorien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Mohamed Ahmed, et la Représentante Résidente du PNUD, Fenella Frost, ont conjointement dirigé, le 12 octobre à Moroni, l’atelier de consultation et de préparation du document du programme-pays (CPD 2022-2026).

« Aussitôt que nous avons fini l’atelier sur la conception du cadre de coopération des Nations Unies, le PNUD a déjà accéléré pour réfléchir sur son programme-pays. J’encouragerai les autres agences à faire de même », a remarqué le Coordonnateur Résident a.i du Système des Nations Unies aux Comores, Dr Marcel S. Ouattara.

En effet, organisé au lendemain des échanges entre l’ensemble de l’Equipe-pays des Nations Unies et les acteurs du développement des Comores, cette rencontre avait pour objectif d’identifier, de manière inclusive, les thématiques et secteurs prioritaires pour lesquels le PNUD pourrait se positionner dans le cadre du nouveau cadre de coopération (UNSDCF 2022-2026).

« Je me réjouis de la mobilisation des agences du Système des Nations Unies et de l’implication des différentes parties prenantes en vue de les engager, en amont, à la préparation du prochain cycle de programmation 2022-2026 », a reconnu le Secrétaire Général du MAECI.

Le Secrétaire Général du MAECI, Mohamed Ahmed. Photo PNUD Comores / Irchad Ousseine Djoubeire

 

Ces premières consultations du PNUD ont ainsi réuni les secrétaires généraux des ministères, la commissaire en charge de la promotion du genre, des représentants des gouverneurs des îles autonomes, les directeurs généraux et hauts cadres de l’Administration et des agences nationales, les hauts responsables de l’Université des Comores, les représentants du secteur privé et de la société civile, y compris les organisations de femmes, de jeunes et de personnes vivant avec handicap.

« C’est un très bon début de la réflexion. Votre participation est le témoignage de votre engagement et votre vision par rapport au rôle que le PNUD pourra jouer dans le développement. La vision de faire des Comores un pays émergent aboutira si chaque acteur, y compris les partenaires au développement, joue son rôle », a apprécié la Représentante Résidente du PNUD.

Une coopération renforcée

Ainsi, les travaux de cette consultation se sont basés sur les orientations du Plan Comores Emergent à l’horizon 2030 (PCE), élaboré avec l’appui du PNUD en décembre 2019, ainsi que sur le Plan de Développement Intérimaire 2020-2024 adopté par le Gouvernement et qui constitue le cadre de référence et de mise en œuvre du PCE pour la période indiquée.

Au centre (D à G), l'Administrateur principal de l'Université des Comores, Dr Ibouroi Ali Tabibou, et le Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques, Dr Soulé Hamidou. Photo PNUD Comores / Irchad Ousseine Djoubeire

 

Cet atelier a ainsi permis de mettre en avant certains domaines transversaux tels que la transformation digitale, l’employabilité des jeunes et l’autonomisation des femmes, tout en renforçant d’autres principes comme le partenariat et la coopération Sud-Sud et Triangulaire.

« La coopération entre les Comores et le PNUD puise sa force dans la volonté partagée de promouvoir la solidarité internationale, volonté maintes fois exprimée et matérialisée par des stratégies de développement durable assorties des programmes inclusives répondant aux besoins et intérêts de la population dans les secteurs sociaux, économiques et de la gouvernance », a témoigné Mohamed Ahmed. « Cette coopération a toujours été appréciée des autorités et de la population comorienne, de par le choix stratégique des interventions pertinentes avec les priorités nationales et aussi de par leur visibilité et leur durabilité », a annoncé le Secrétaire Général du Ministère comorien des Affaires Etrangères.

« Le PNUD est fier de travailler auprès des Comoriens, femmes et hommes, jeunes et grands, depuis l’indépendance de ce beau pays. L’idée de projets mis en œuvre avec le Gouvernement est bien sûr au cœur du travail que nous faisons ici, tout intégrant les communautés et les autres acteurs, comme la société civile et le secteur privé », a indiqué Fenella Frost.

La Représentante Résidente du PNUD, Fenella Frost. Photo PNUD Comores / Irchad Ousseine Djoubeire

 

Un programme avec trois priorités

Fort de son appartenance à un réseau mondial au service du développement, le PNUD est un centre de référence pour l’accompagnement des Comores dans leurs efforts pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable, au travers du renforcement des capacités nationales.

Elaboré sur la base des priorités nationales définies dans la SCA2D 2018-21 et en adéquation avec l’UNDAF (2015-2021), le Programme de coopération actuel, qui tient compte des avantages comparatifs du PNUD, est bâti autour de trois piliers prioritaires articulés autour de la résilience des individus, des institutions et des systèmes, et inter-reliés pour la réduction de la pauvreté.

La première priorité porte sur le développement de mesures d’adaptation et d'atténuation. La deuxième priorité concerne la conservation de la biodiversité et la valorisation des services éco systémiques, vu les potentialités que cela représente pour le pays comme vecteur de croissance et durabilité du développement. La troisième priorité adresse les défis liés à la gouvernance avec un focus sur la décentralisation et le développement local, tout en accompagnant la réforme de l’administration publique.

Le PNUD est le principal organisme des Nations Unies qui lutte contre l’injustice de la pauvreté, les inégalités et le changement climatique. Travaillant avec un vaste réseau d’experts et de partenaires dans 170 pays, nous aidons les pays à développer des solutions intégrées et durables pour les peuples et la planète.

Icon of SDG 01 Icon of SDG 05 Icon of SDG 10 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde